U2 à Croke Park... Ouha ouha ouha ! J'y suis toujours !

Publié le par mour18

Et oui, me voilà rentrée de vacances, et comme je l'avais promis à Manue, voici le compte-rendu de ce moment inoubliable vécu le 25 juillet...

Nous sommes arrivés à Dublin déjà le mardi soir (on ne voulait pas risquer de retard d'avion ! (et voir ma soeur un peu quand même !), mais le samedi est vite arrivé... A 16h30, grand départ en DART direction le mythique Croke Park. Impressionant, le stade est en pleine ville, au milieu des maisons mitoyennes. On accède aux entrées par de toutes petites ruelles ! Bono en personne est venu dans l'après-midi pour s'excuser pour le bruit qu'ils allaient faire !

      

Nous entrons dans le stade le coeur battant, c'est pas rien Croke Park quand même ! Et là surpise, le stade est quasi vide ! On s'avance sur la pelouse, on est à peu près à 15 m de la scène ! Oh la la, ça va être génial ! On fait comme tout le monde, on s'assoit par terre et on attend...

      

18h20, la première première partie démarre. En avance, très étonnant pour l'Irlande... C'est Republic of Loose, on a aimé moyen, mais ça chauffe un peu l'ambiance... Ensuite deuxième permière partie, Kaiser Chief. Là franchement génial ! Bon j'avoue je ne connaissais que Ruby, mais le chanteur a vraiment mis l'ambiance et on s'est bien éclatés !

         

Il est 20h et le stade est à peine rempli au quart... Vous êtes sûrs que toutes les places étaient vendues ? Entre temps on s'est un peu rapprochés de la scène, et on voir vraiment super bien... La pression monte dans le public... Une armée de techniciens apparaît sur scène et commence le réglage des instruments et de la sono... Les éclairagistes se font hisser à 20 m du sol ! Impressionnant ! Il est 20h30 et le stade n'est toujours pas plein... 20h45, tout le monde commence à s'agiter, de la fumée apparaît sur scène et Larry Mullen Jr commence à jouer... On se retourne, le stade s'est rempli jusqu'à la moindre place en à peine 5 min ! Ils attendaient tous au bar... The Edge et Adam Clayton entame à leur tour l'intro de Breathe. Je me hisse sur la pointe des pieds, mais avec la marée de bras devant moi, j'ai du mal à voir... J'aperçois enfin Bono, le concert débute, quelle ambiance ! Heureusement, Flo et Richard sont bien plus grands que moi, et mitraillent tout au long du concert... A la fin de la chanson, Bono salue Dublin en précisant qu'il n'y a rien de mieux que de chanter chez soi... L'ambiance est à son comble...

        

        

Le groupe enchaîne avec No line on the horizon, les passerelles se déploient et Bono vient chanter sur la scène intermédiaire. Qu'est-ce qu'on est près ! (je précise que les photos ont été prises sans zoom). Puis vient Get on your boots.



On chante à tue-tête (heureusement qu'on ne s'entend pas MDR), on saute comme des fous (bon ça on est un peu obligés vu qu'on se fait complètement porter par la foule !), c'est génial !

     

Le concert se poursuit avec Magnificent, Beautiful Day, Mysterious Ways, Still Haven’t Found What I’m Looking For, Angel Of Harlem (avec petit hommage à Mickael Jackson) et In A Little While. Une chanceuse de la Red Zone monte sur scène pendant cette chanson !! A la fin, elle glisse un mot à l'oreille de Bono... Qui lui répond : "Tu veux savoir où j'habite ? Demande aux gens, ici tout le monde le sait c'est à Killiney... Ma femme est très compréhensive !".

     

Bono enchaîne en nous expliquant qu'il a un ami dans la Station Spatiale Internationale, et qu'il lui a demandé de dire un mot à Dublin ce soir. Et on a droit à une connexion directe avec l'ISS ! Les spationautes nous saluent et terminent en nous montrant des petits panneaux "Future needs a big kiss".

     

Puis le groupe entame Unknown caller. Les paroles s'affichent sur l'écran 360°...



Je ne sais pas si c'est parce qu'on a vraiment trop mal chanté, mais c'est à ce moment là que la pluie a décidé de s'inviter... En même temps, ça n'aurait pas été Dublin sans pluie ! Mais tout est prévu, des parapluies se déploient sur scène. Avec les éclairages, l'effet est plutôt top ! Bono plaisante "Let it rain, but we don't care... Croke Park, you know your name, so punch it in".

     

Le concert se poursuit, et comme la nuit est enfin tombée, on peut enfin profiter des extraordinaires éclairages et la scène. Pour Unforgettable fire, l'écran se déploie, impressionnant ! Pour le coup, c'est dommage qu'on soit si près, on voit pas tout ! Viennent ensuite City Of Blinding Lights, Vertigo (encore une occasion de se faire entraîner par la foule qui se resserre de plus en plus !) et I’ll Go Crazy If I Don’t Go Crazy Tonight.

       

Les éclairages passent en vert... On s'était demandé s'ils allaient chanter cette chanson ici, à Croke Park... Et oui ! Bono entame Sunday bloody sunday, tout un symbole ! Le premier couplet n'a été chanté que par le public, magnifique !
                         

Suite avec In The Name Of Love, MLK, Walk On et Where The Streets Have No Name, le tout dans différents jeux de lumières.

    

    

Puis Bono reprend la parole en demandant à tout le monde de transformer le stade en voie lactée par l'intermédiaire des appareils photos et téléphones portables. Tout le monde s'exécute, des milliers d'étoiles scintillantes apparaissent pour One.


A la fin de la chanson, les lumières s'éteignent et Bono disparaît.. Quoi, c'est fini ?! Mais c'est pas possible il est seulement... 22h45... Ah... quand même... On avait pas vu le temps passer...

Finalement Bono réapparaît au milieu des fumigènes avec une veste qui émet des faisceaux rouges. C'est le moment de Ultraviolet. Puis il continue avec With Or Without You (dommage, il commence à perdre sa voix, mais ça reste une magnifique chanson !).

     

Le concert se termine avec Moment Of Surrender... Bono congratule ses musiciens, salue le public, et disparaît derrière la scène...
C'est fini, c'était si rapide ! Si j'avais pu, j'y serai retournée le lundi...

Let me in the soud, let me in the sound, let me in the sound sound, let me in the sound...

Publié dans PAPOTAGES